Des pommades pour la peau

Pommade contre les rides du visage
Prenez six œufs frais, et les faire durcir ; ôtez-en les jaunes, et mettez en leur place de la Myrrhe, et du sucre candi en poudre, partie égale : rejoignez les œufs, et les exposer sur une assiette devant le feu : il en sortira une liqueur que vous incorporerez avec une once de graisse de porc. Il faut s’en mettre le matin, et la laisser sécher, et puis s’essuyer.

Pommade pour le visage & pour les mains
Prenez beurre frais de mai, Térébenthine de Venise bien lavée, de chacune une livre, le suc de six citrons : mettez le tout sur le feu dans un pot neuf vernissé, avec quatre onces d’Eau-rose ; faites bouillir à petit feu jusques à ce que la Térébenthine soit cuite, et que l’Eau-rose soit évaporée : ce que vous connaîtrez en mettant une goutte refroidir : si elle ne s’attache point aux doigts, elle est cuite. Il ne faut pas oublier de remuer avec la spatule jusques à ce qu’elle soit froide. Pour lui donner de l’odeur, on pourra y ajouter de l’eau de fleurs d’Orange et de Girofle. Il s’en faut frotter le visage et les mains soir et matin.

Pommade contre le hâle du soleil & contre le hâle du froid
Prenez racine de Couleuvrée, ôtez lui l’écorce, pilez-la, et la faites cuire avec de l’huile d’Amandes douces : quand elle sera bien cuite, incorporez avec, sur le feu, partie égale de Cire neuve blanche un peu de sucre candi ; et sur chaque once de ladite composition il faut y mêler vingt grains de Camphre : coulez-la et l’enfermez dans un vaisseau de verre pour la garder. Quand on voudra se servir de cette pommade, il la faudra délayer dans la paume de la main avec un peu de salive, et l’appliquer sur le visage. Elle lève le hâle, et empêche qu’il ne vienne si on s’en met par précaution.

Extrait de La Chymie charitable et facile, en faveur des dames, Marie Meurdrac, 1666 ; nouvelle édition, CNRS Editions 1999.