Diversité des couleurs des fleurs

 

 

 

 

 

 

Teinturiers au Maroc

safranPetite
Safran d'Iran





Les pigments du groupe des quinones ne colorent pas directement nos paysages : la plupart sont cachés dans des racines ou des écorces, camouflés dans des lichens couleurs de murailles ou dissimulés dans le corps d'insectes grisâtres. Pourtant la Nature leur a donné le pouvoir de fournir à l'homme les plus anciennes et les plus belles teintures rouges de son histoire : garance, carthame, orcanette pour le règne végétal ; kermès et cochenilles pour les insectes.

Comme la couleur jaune dans la nature, les plantes à flavonoïdes sont très répandues. Les recherches modernes sur la chimie végétale ont mis en évidence la présence dans la plupart des plantes sous une forme ou une autre, de pigments tinctoriaux jaunes regroupés sous le nom de "flavonoïdes".

Les anthocyanes sont des pigments dissous dans le suc cellulaire des plantes et de structure chimique très voisine de celle des flavonoïdes, sources de teintures jaunes. La plupart des teintes rouges, violettes et bleues des fleurs et fruits du monde entier sont dues à ces pigments.

L'indigo, matière colorante bleu foncé, diffère de toutes les autres teintures végétales : il n'existe pas directement dans les nombreuses "plantes à indigo". L'indican et les isatans A et B présents dans les plantes à indigo sont décomposés par hydrolyse en indoxyle incolore et en sucre. Par regroupement de 2 molécules d'indoxyle, en présence de l'oxygène de l'air se forme l'indigo.

On appelle communément tanins des substances d'origine végétale de saveur astringente, donnant en présence de sels ferriques une coloration brun verdâtre ou brun bleuâtre Les tanins sont des mélanges complexes de polyphénols et leur propriété commune est de tanner la peau. Ils sont très répandus dans le règne végétal certaines familles botaniques en sont particulièrement riches : conifères, légumineuses, anacardaciées, fagacées.

Dominique Cardon
Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux

 

Note : Texte issu du site OKHRA d’après la communication de Dominique CARDON "Les grandes familles de colorants naturels : synthèse historique", à l’Ecole de printemps 2002 "La couleur des matériaux, aspects chimiques".


     
 

• D. Cardon. Natural Dyes. Éd. Archetype Books, London, 2006.

• D. Cardon. Le Monde des Teintures naturelles. Éd. Belin, Paris, 2003 (Prix "Art et Science de la Couleur" de la Fondation L’Oréal, 2003).

   
 

 

Pour en savoir plus...

  Teintures précieuses de la Méditerranée : pourpre, kermès, pastel

Voir aussi

  Exposition "Couleur et Textile"

     
 
     

          © Palette Production/
             CNRS Images Média/
             France 5/
             Musée du Louvre
Teintures naturelles
Safran, garance, indigotier, murex, cochenille… Bataille de la couleur au Moyen Âge


 

 
     
 
     

           © SFRS
Teintures végétales
Evolution de la couleur des textiles au cours du temps. Extraction du pigment et analyse par spectrométrie Raman

 

 
     
 
     
          © CNRS AV/
             CSI-Science Actualités/
             Pour voir
Teintures du néolithique
Redécouverte des techniques de teintures par fermentation ou décoction

 

 

 

 

 

 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits